Personnalités d'aujourd'hui

Lucie Robin, son combat au quotidien

Lucie Robin est directrice du Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles des Yvelines (CIDFF 78). Découvrez son parcours, ses ambitions ainsi que les actions mises en place dans le centre.

Durant ses études de droits, Lucie s’est spécialisée dans le droit pénal et plus précisément en victimologie. Pendant sa préparation du concours de magistrature, Lucie a occupé le poste d’assistante de justice à la chambre pénale de la famille et de la santé publique à la Cour d’Appel de Paris. Cette expérience enrichissante lui a permis de découvrir tout le contentieux lié aux violences conjugales. Elle s’est particulièrement intéressée à l’aspect prise en charge des victimes ainsi qu’à l’accompagnement dans leurs parcours. Par la suite, Lucie a découvert l’existence d’associations d’aide aux victimes de violences. Après avoir débuté ses fonctions en tant que juriste au sein du CIDFF 78, elle est par la suite devenue directrice. 
Lucie se revendique en tant que féministe. Luttant depuis toujours pour l’égalité femme-homme ; déjà petite fille, elle ne comprenait pas que certains droits soient uniquement octroyés aux garçons.

Le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles des Yvelines

Le CIDFF 78 est une association agréée et rattachée à la Fédération nationale des CIDFF et à la Fédération nationale France Victimes. Elle intervient dans plusieurs secteurs : l’accès au droit, l’aide aux victimes et l’accompagnement à l’emploi. Le centre est composé d’une équipe pluridisciplinaire de juristes, psychologues cliniciens formés en victimologie ainsi que de conseillers emplois, tous sensibilisés aux questions d’égalité femme-homme. L’ensemble de ces professionnels ont été formés à la prise en charge de femmes victimes de violences ainsi qu’à la détection de ces violences.

Les actions du CIDFF 78

Le CIDFF 78 a mis en place de nombreuses actions à destination du public : 

  • Une information sur les droits, ouverte à tous (droit de la famille, droit du travail…etc.), assurée dans des lieux de proximité. 
  • Un accompagnement à l’emploi et à la formation professionnelle des femmes via son Bureau d’Accompagnement Individualisé vers l’Emploi (BAIE).
  • Un accompagnement individuel des victimes, via des permanences juridiques et des permanences de soutien psychologique assurées de manière confidentielle et gratuite, dans des lieux de proximité (mairies, maisons de quartiers, commissariats…), avec une spécialisation dans la prise en charge des femmes victimes de violences. 
  • Un accompagnement collectif, plus ponctuel. Le Centre intervient lors de journées événementielles, comme par exemple lors de la Journée internationale des droits des femmes ou bien lors de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Le CIDFF peut également être amené à intervenir lors de conférences et débats sur des sujets assez variés. Le Centre est principalement sollicité sur l’évolution des droits des femmes, les violences faites aux femmes, l’égalité femme-homme ou fille-garçon, mais également sur le droit de la famille ou l’autorité parentale. Il intervient enfin sur le volet formation des professionnels.

Les engagements du Centre auprès des plus jeunes

Le CIDFF 78 mène des actions dans des établissements scolaires, afin de favoriser l’égalité entre les filles et les garçons, les éduquant dans la prévention des comportements sexistes et violents, tout en mettant en avant l’histoire des droits des femmes. Actuellement, le CIDFF 78 travaille sur une nouvelle thématique : la “cyberviolence”. Proposée auprès de plusieurs établissements scolaires, le centre a réussi à toucher pas moins de 574 élèves l’année dernière.  Par le biais de vidéos et de jeux, les professionnels du CIDFF créent de l’échange et de la discussion avec les élèves. Les élèves prennent la parole à tour de rôle et des prises conscience s’éveillent peu à peu. 

Les actions engagées par le Centre en faveur des victimes de violences conjugales

Lorsqu’une femme victime de violences conjugales se présente au CIDFF 78, une aide lui est directement apportée. Sur l’aspect juridique, les professionnels du centre informeront la victime sur les procédures à mettre en place en urgence ou hors urgence. Pour ce faire, le CIDFF s’appuie sur un large réseau de partenaires, parmi lesquels l’Ordre des avocats. Via une convention spécifique, le CIDFF 78 peut ainsi obtenir dans la journée la désignation d’un avocat spécialisé en victimologie pour représenter une victime. D’autres mesures peuvent être envisagées telle qu’une mise en place de protection particulière comme une demande d’attribution d’un téléphone d’alerte lorsqu’il s’agit d’une victime en grave danger.

Les rôles des professionnels du CIDFF 78 sont d’informer mais également de détecter les situations en particulière gravité, d’activer les dispositifs et de prendre en charge la personne afin d’éviter un drame.

Et par la suite ?

Chaque année, de nouvelles actions sont mises en place par le CIDFF 78. Mais le combat de tous les instants est de maintenir l’existence du Centre ainsi que de l’ensemble de ses permanences sur le département des Yvelines. En fin d’année, le CIDFF 78 prévoit aux Mureaux un colloque sur la thématique des violences faites aux femmes étrangères, à destination des professionnels du département. Quant à l’année prochaine, le centre souhaiterait organiser un colloque traitant de la thématique de la prostitution. L’objectif par la suite serait de créer un réseau pour que les professionnels confrontés à ces problématiques sachent vers qui se tourner.

Plus d’informations sur le site du CIDFF78

“Dans la vie je ne perds jamais, soit je gagne soit j’apprends” – Nelson Mandela

Vous aimerez peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *